• Auteur:Jacques

    jacques LAUPIES

  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Visiteurs

    Il y a 3 visiteurs en ligne
  • Archives

  • Pages

  • Méta

  • Etes vous communiste

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Accueil
  • > Non classé
  • > Bruno Morel : « Si par malheur un enfant meurt à la rue, l’opinion publique demandera des comptes au gouvernement » eugenie barbezat

Bruno Morel : « Si par malheur un enfant meurt à la rue, l’opinion publique demandera des comptes au gouvernement » eugenie barbezat

Posté par jacques LAUPIES le 28 décembre 2017

 

Vendredi, 22 Décembre, 2017
Humanite.fr
  Bruno Morel :

DR
Reçues à Matignon le 21 décembre, les associations de solidarité qui s’étaient mobilisées contre la circulaire du 12 décembre leur intimant de trier leurs publics, sont sorties déçues. Edouard Philippe, qu’elles ont tenté d’alerter sur les dangers d’une telle politique de traque des exilés, refuse toujours de retirer le texte et n’a fait aucune proposition concrète, comme l’explique Bruno Morel, le directeur général d’Emmaüs Solidarités.

Bruno Morel, le directeur général d’Emmaus solidarité en témoigne. Il affirme que « les associations regrettent le maintien de la circulaire et restent déterminées et unies dans la bataille pour le maintien du principe d’accueil inconditionnel et de non violation du domicile provisoire de leurs résidents. »

 

Même son de cloche chez le directeur d’Emmaus solidarité qui redoute lui ausi un drame car « si la confiance est rompue, les plus fragiles vont fuir nos centres d’hébergement et risquer le pire dans la rue. »

Au delà de cette circulaire très décriée de toutes parts, Bruno Morel  réaffirme son indignation quant à la guerre faite aux pauvres, notamment au travers de dispositifs urbains « anti SDF » alors que « c’est le mal-logement et la pauvreté qu’il faut combattre ». 

 

 

Enfin, un peu plus d’un an après l’ouverture du centre d’accueil d’urgence de la Chapelle, à quelques réserves près Bruno Morel, directeur général d’Emmaüs Solidarité qui gère ses structures, estime qu’avec celui d’Ivry ils ont assuré leur misson de mise à l’abri et de protection des exilés contre les violences de la rue.

Journaliste
if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Laisser un commentaire

 

Lorette Autrement |
Bernard VIDAL - Un nouvel a... |
Energie Nouvelle pour Heill... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vallorcine: Elections munic...
| servir connaux
| Le site de la liste Gif, os...