• Auteur:Jacques

    jacques LAUPIES

  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Archives

  • Pages

  • Méta

  • Etes vous communiste

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Accueil
  • > Non classé
  • > Liberté sur le net : vigilance s’impose face aux intentions du pouvoir macronien !

Liberté sur le net : vigilance s’impose face aux intentions du pouvoir macronien !

Posté par jacques LAUPIES le 4 janvier 2018

 

 

Même complètement sous la coupe de l’argent les médias ne satisfont pas les cercles de pouvoirs : pouvoir des actionnaires des grandes firmes, pouvoir des politiques à leur service, pouvoir d’un noyau de journalistes et autres intervenants qui véhiculent cette pensée unique, notamment sur le plan économique et social.

A tel point que nous les voyons venir avec leurs grands sabots pour vanter la politique gouvernementale qu’inspire Macron et ceux qui poussent son char.

Et je te présente des chefs d’entreprise dont on vante la réussite grâce aux mesures concernant les cotisations sociales. Et j’interroge des citoyens heureux du cocufiage électoral. Et je commente favorablement la démolition du code du travail. Et j’annonce la reprise  économique. Etc.

On y est habitué et ce n’est pas d’aujourd’hui que cela date. Mais cela ne suffit pas, le bourrage est insuffisant. Trop de journalistes honnêtes respectueux des règles déontologiques de leur profession, évoquent directement ou par l’intermédiaire d’invités même triés sur le volet, des sujets dérangeants pour les tenants du système capitaliste ; responsabilité de la dette, fraudes fiscales, dénonciation des cadeaux fait aux patronat et aux riches en général.

Evidemment les assertions mensongères sur internet par des irresponsables sont une préoccupation. Elles portent atteinte à la réalité des faits, à tous ceux qui son victimes de ces falsifications.

Mais il existe des recours possible, que l’on peut sans doute améliorer, pour rappeler que l’on n’a pas le droit de véhiculer des informations non fondées et  visant à nuire mais il est à parier que ce n’est pas l’intention du pouvoir actuel qui se désole de perdre un peu plus d’influence. Une influence qu’il perd à cause de sa politique qui frappe les directement les couches populaires et non ce que peuvent dire des citoyens trop heureux de se défouler sur le net ! 

Quant à ceux qui usent de relatives facilités qu’offre la toile pour s’exprimer – ce que nous faisons – sur la vie politique de leur pays, ils ont tout intérêt à être vigilants

 

 

 

pour renforcer le contrôle de l’information

M.V.
Mercredi, 3 Janvier, 2018
Humanite.fr
Liberté sur le net : vigilance s'impose face aux intentions du pouvoir macronien !

Photo Ludovic Marin/AFP

Le Président de la République a renoué mercredi soir avec la tradition des vœux à la presse, abandonnée il y a quatre ans sous François Hollande. Un discours de 35 minutes sans conférence de presse, où les journalistes n’ont donc pas eu le droit à la parole.

Très critiqué par la profession pour la rareté de sa parole dans la presse française, alors qu’il n’a pas hésité de l’Etat n’a pas hésité à participer à l’affligeante émission de Cyril Hanouna, le 20 décembre dernier, Emmanuel Macron s’est d’abord livré à une défense de la liberté de la presse. « Ce n’est pas une liberté spéciale, elle est la plus haute expression de la liberté » a-t’il affirmé, avant de citer les journalistes tués ou emprisonnés à travers le monde pour avoir fait leur métier. Déminant le terrain de sa rencontre, vendredi, avec son homologue turque Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron a réaffirmé son intention d’aborder le sujet de l’emprisonnement des journalistes en Turquie. « La France ne doit pas renoncer à dialoguer avec les régimes autoritaires » a fait valoir le président, avant de consacrer un long moment aux « fake-news », ces fausses nouvelles propagées sur internet. « Nous allons faire évoluer notre dispositif pour protéger la vie démocratique » a –t-il annoncé, annonçant un projet de loi pour renforcer le contrôle de l’information sur Internet. 
Tout en réaffirmant son attachement au pluralisme de la presse, Le président de la République a effleuré les difficultés économiques de la presse écrite, sans donner plus de détails sur ce qu’il nomme un « système médiatique en pleine recomposition ». Il a également évoqué « les conflits d’intérêts possibles entre actionnaires et rédactions », menaçant l’indépendance de la presse. Sans remettre en cause la concentration des médias, il faudrait simplement selon lui « réfléchir à un système de fondation  entre actionnaires et rédactions » pour « institutionnaliser cette indépendance ». 
Il a enfin confirmé un projet de loi sur l’audiovisuel public « avant la fin de l’année ». Après les propos insultants prêtés au chef de l’Etat contre le service public audiovisuel (« la honte de la République »), Emmanuel Macron a estimé hier qu’il « est un miroir tendu à la nation et doit viser l’excellence pour tous ». Les pistes du rapport confidentiel du ministère de la culture, que l’humanité avait révélé le 13 novembre, laisse présager un immense plan d’austérité, qui pourrait fragiliser sérieusement le service public de l’information.
if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Laisser un commentaire

 

Lorette Autrement |
Bernard VIDAL - Un nouvel a... |
Energie Nouvelle pour Heill... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vallorcine: Elections munic...
| servir connaux
| Le site de la liste Gif, os...