• Auteur:Jacques

    jacques LAUPIES

  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Visiteurs

    Il y a 2 visiteurs en ligne
  • Archives

  • Pages

  • Méta

  • Etes vous communiste

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

Etre le Parti du communisme et pas autre chose de flou !

Posté par jacques LAUPIES le 26 janvier 2018

Il est intéressant de savoir que pour 32 % de jeunes, le communisme est d’actualité. Par contre que 19 % aient une idée positive de l’idée communiste me parait encore plus intéressant. Cela dit 13 % ont une idée positive du PCF. Sans doute est-ce trop peu et encore trop éloigné des 19 % qui approuvent l’idée.

Cela signifie tout simplement que le PCF accuse un retard dans le rassemblement de tous ceux qui en approuvent cependant les idées. qu’il défend.

Il y a problème et le PCF doit donc se poser la question de ce qui l’empêche de mettre en accord sa pratique politique avec le potentiel que représente une certaine sympathie « idéologique » qu’il défend.

Et se pose aussi la question de savoir s’il est assez « audacieux » pour affirmer la nature des origines en ce domaine notamment en se référant à Marx qui semble lui aussi bénéficier d’un approche très positive !

 

 
Sondage. Pour 32 % des jeunes, le communisme est d’actualité
Julia Hamlaoui
Mercredi, 24 Janvier, 2018
L’Humanité
Etre le Parti du communisme et pas autre chose de flou !

Une enquête Viavoice pour la Fondation Gabriel-Péri montre de forts clivages générationnels et sociaux quant à la perception du marxisme et du communisme.

À l’heure de la « start-up nation », le rêve d’une fin de l’histoire consacrant le libéralisme serait-il devenu réalité ? Pas si sûr, à en croire une étude Viavoice pour la Fondation Gabriel-Péri rendue publique hier soir. Interrogés sur la pertinence des idées communistes « dans le monde actuel », 41 % des sondés répondent certes qu’elles « n’en ont plus aucune » mais tout de même 35 % jugent à l’inverse qu’elles « demeurent pertinentes ou devraient être adaptées », une proportion qui grimpe à 65 % parmi les sympathisants de gauche. Le dernier chapitre pour les Français n’aurait ainsi peut-être pas été écrit. « Sur l’ensemble de la population, les bonnes images du communisme et du marxisme restent minoritaires. Mais avec autour de 20 % (voir infographie), on est bien au-delà des scores électoraux des partis qui s’en revendiquent clairement », relève Aurélien Preud’homme, le directeur des études politiques chez Viavoice. Capitalisme et libéralisme n’ont d’ailleurs pas bonne presse auprès des sondés, avec respectivement 56 % et 47 % d’opinions négatives.

Pour 56 % des sondés, la lutte des classes est toujours d’actualité

Alors que les militants du PCF s’interrogent, en vue de leur congrès en novembre, sur la perception du communisme, 62 % des sondés estiment que c’est « un fait ancien, dépassé ». À ranger donc dans la catégorie « vieux monde » ? Pas tant que cela, en réalité, aux yeux des nouvelles générations : 72 % des 65 ans et plus estiment ainsi que le communisme est « dépassé », contre 50 % parmi les 18-24 ans (32 % ne partagent pas cette idée et 18 % ne se prononcent pas). Et seulement 28 % de cette catégorie d’âge estime que « les idées communistes n’ont plus aucune pertinence », contre 57 % chez leurs aînés de 65 ans et plus. « On pourrait penser qu’on est face à un déclin, mais ce clivage générationnel laisse à croire qu’on est au contraire face à un retour de ces idées », analyse Aurélien Preud’homme. « En dépit de l’acharnement, soit à dire pis que pendre du communisme, soit à l’effacer de l’horizon, il est frappant de voir que dans la jeune génération cela ne prend pas », observe Guillaume Roubaud-Quashie, en charge de la coordination de la réflexion du PCF sur « le sens du combat communiste ». « Il semble que l’assimilation entre communisme et régimes totalitaires s’estompe », constate également le président de la Fondation Gabriel-Péri, Alain Obadia (lire ci-contre). Parmi les interrogés, une majorité relative (44 %) partage plutôt l’idée que « les régimes totalitaires qui (l’)ont revendiquée n’ont rien à voir avec la pensée communiste ou marxiste initiale ».

Un « clivage social » est aussi au cœur de cette étude. « Alors que 70 % des catégories aisées considèrent que le communisme fait “ancien” et “dépassé”, cette opinion n’est partagée que par 52 % des catégories populaires », assure le sondage. Quant au capitalisme, 31 % des « chefs d’entreprise, cadres et professions intermédiaires » le jugent positivement, contre 15 % des « employés et ouvriers ». « Depuis la crise financière de 2008, on mesure une remise en cause du consensus selon lequel le capitalisme et le libéralisme allaient amener la démocratie et réduire les inégalités. Un fait accentué par des scandales comme les Panama Papers », explique Aurélien Preud’homme.

Si seulement 17 % des sondés ont une opinion positive de la pensée de Karl Marx (26 % chez les jeunes), l’un de ses concepts centraux n’apparaît pourtant pas désuet à une majorité de Français : pour 56 % des sondés, la lutte des classes est toujours d’actualité. Et 76 % estiment que les classes sociales existent encore.

La notion de « biens communs » est bien identifiée par une large majorité

Les idées communistes et marxistes sont cependant davantage perçues comme utiles pour dénoncer les excès du capitalisme (36 % des sondés, 62 % parmi les sympathisants de gauche) et comprendre le monde (35 %, 53 % à gauche) que comme « alternative crédible au système économique actuel » (18 %, 32 % à gauche). « Il existe parfois le sentiment que la bataille idéologique est perdue, en réalité la situation est plus complexe avec des points d’appui, malgré des décennies pendant lesquelles l’idée d’absence d’alternative au libéralisme a été martelée. Certaines des questions sur lesquelles nous nous mobilisons ont un écho très important », souligne Guillaume Roubaud-Quashie, dont le parti recueille 13 % d’opinions positives. L’emploi (61 %), le pouvoir d’achat (47 %) et le système de santé (39 %) forment le trio de tête des enjeux prioritaires, selon le sondage, tandis que « valoriser davantage les filières industrielles françaises » et « lutter davantage contre l’évasion fiscale » sont deux mesures qui recueillent près de 90 % d’approbation. Quant à la notion de « biens communs », qui figure parmi « les mots rattachés spontanément au communisme », elle serait plutôt bien identifiée, notamment en termes de patrimoine culturel, de ressources ou d’espaces naturels mais aussi de services publics (éducation 72 %, transport 65 %, système de santé 64 %). « Pour une large majorité, l’ensemble des “biens communs” doit être accessible à tous au minimum, mais aussi être la propriété exclusive de la collectivité, et enfin être exploité ou géré par des entreprises publiques », souligne également l’étude. « La question qui est posée au PCF, souligne Guillaume Roubaud-Quashie, c’est comment, à partir de ces idées, passer d’une force potentielle importante à une force réelle à la hauteur de ces défis et aspirations. »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Laisser un commentaire

 

Lorette Autrement |
Bernard VIDAL - Un nouvel a... |
Energie Nouvelle pour Heill... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vallorcine: Elections munic...
| servir connaux
| Le site de la liste Gif, os...