• Auteur:Jacques

    jacques LAUPIES

  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Visiteurs

    Il y a 2 visiteurs en ligne
  • Archives

  • Pages

  • Méta

  • Etes vous communiste

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

Un Festival au miroir de la violence du monde

Posté par jacques LAUPIES le 21 mai 2018

 

 

Dimanche, 20 Mai, 2018
Photo Alberto PIZZOLI / AFP.

Photo Alberto PIZZOLI / AFP.

Festival de Cannes 2018. Opprimés, affamés, humiliés, pourchassés, les invisibles gagnent souvent le premier plan. Il faut dire que malheureusement, ils constituent une considérable majorité représentative.

Le jury présidé par Cate Blanchett  a remis une Palme d’or au film du japonais Kore-eda Hirokazu. Un bonheur pour nous au fil d’une sélection qui présentait nombre de films de haut niveau. Quelques uns nous ont moins convaincus mais c’est la règle du jeu. Un plaisir en soi. Les bilans cannois reflètent chaque année la diversité des goûts et des couleurs mais il est rare que s’imposent des lignes directrices, que des thématiques se dessinent par la récurrence des propos, sauf à tirer des traits communs un peu artificiels.
 
Cette édition 2018 fait exception. Opprimés, affamés, humiliés, pourchassés, les invisibles gagnent souvent le premier plan. Il faut dire que malheureusement, ils constituent une considérable majorité représentative. Les traitements sont singuliers. La qualité du regard varie de l’éthique poétique et lumineuse de Kore-eda au pire de l’exploitation spectaculaire telle que la pratique Nadine Labaki. La famille de miséreux à laquelle échappe le petit Zain se retrouve en supplément affligée de crasse, d’une brutalité sans vergogne. On se retrouve ensuite captifs de la photogénie charmante des enfants. Dommage pour les autres. Le plaidoyer justificatif déversé dans les larmes par ses parents auxquels elle a d’emblée interdit toute dignité sonne comme une obscénité. L’heureux dénouement et le sourire final du gamin achèvent d’y atteindre.
 
On se prend d’une pensée émue pour le cinéaste philippin Brillante Ma Mendoza qui de longue date filme, sans jamais stigmatiser, les humbles de son pays. C’était à Cannes en 2016 son inoubliable «  Ma Rosa ». On pense à Victor Hugo. On repense à Kore-eda. Violence et dignité donc. La liste des synonymes n’étant pas infinie, on peut considérer se que concentrent cinématographiquement ces vocables. Les deux prix d’interprétation en témoignent , remis à une actrice et un acteur qui excellent dans leur art au travers de deux films significatifs. Marcello Fonte, révélation offerte par le «  Dogman » de Matteo Garonne. Samal Yeslyamova  incarne Ayka , rôle-titre du film du réalisateur russe Sergey Dvortsevoy. La jeune femme interprète une réfugiée kirghize sans-papiers, persécutée par la police, ses débiteurs criminels et les suites douloureuses d’un accouchement. Filmé à la manière d’un documentaire hyper-réaliste, « Ayka » ne comporte pas un plan, ou presque, qui épargne le spectateur. Présenté en fin de parcours, il était suivi par une apothéose, un nouveau très beau film de Nuri Bilge Celan qui poursuit ses très humaines déambulations philosophiques en Anatolie avec son «  Poirier sauvage », arbre de connaissance aux racines profondes. Projection tardive. D’autres ont continué de creuser leurs sillons et n’ont jamais vraiment quitté notre répertoire. Ainsi du film inventif et généreux de Jafar Panahi , absent du fait du scandaleux abus de pouvoir du gouvernement iranien .
 
Il saluait à distance un autre grand cinéaste de son pays Abbas Kiarostami par la voix de sa fille qui recevait en son nom le prix du scénario. On se réjouit de la récompense du Grand Prix  décerné à Spike Lee pour sa comédie  jubilatoire «  Blackkkman », résistance aux politiques américaines d’hier et d’aujourd’hui en misant sur les capacités de révolte. Elles se sont puissamment exprimées sur la scène cannoise au vu et su des médias du monde. Femmes du cinéma levant leurs mains jointes contre les inégalités. Sans-papiers qui montent les marches aux côtés du réalisateur Michel Toesca. Le magnifique courage et la colère d’Asia Argento zébrant d’orage la cérémonie de clôture lorsqu’elle y dénonce le viol que lui a fait subir Harvey Weinstein et qu’elle pointe le silence coupable de ceux qui au parterre, devraient être désormais reconnus. «  Un joli mot, sororité », glissait tout fin Edouard Baer.
 
Un regret, l’absence au palmarès du film «  Leto » de Kirill Serebrennikov,  assigné à résidence en Russie où il risque une lourde peine de prison pour des faits fabriqués à mains sales. Une pure joie, en fin de compte, la Palme d’or spéciale remise à Jean-Luc Godard avec ce commentaire de Cate Blanchett  au nom du jury : «  à un artiste qui fait avancer le cinéma, qui a repoussé les limites, qui cherche sans arrêt à définir et redéfinir le cinéma. » Pas mieux.
Journaliste rubrique Culture, Cinéma
if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Laisser un commentaire

 

Lorette Autrement |
Bernard VIDAL - Un nouvel a... |
Energie Nouvelle pour Heill... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vallorcine: Elections munic...
| servir connaux
| Le site de la liste Gif, os...