• Auteur:Jacques

    jacques LAUPIES

  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Visiteurs

    Il y a 2 visiteurs en ligne
  • Archives

  • Pages

  • Méta

  • Etes vous communiste

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

La tromperie venue du fond des âges…

Posté par jacques LAUPIES le 11 juillet 2018

 

En politique chaque parti, pour ne pas dire chaque classe ou catégorie de classe à ses idéologues, ses économistes, ses dirigeants.
 
Les peuples face à tous ces éléments, d’une manière générale dans les pays développés, sont partagés en deux camps a peu près égaux : conservateurs et progressistes. Ce qui signifie que l’extrême minorité qui domine « gagne » à elle les consciences ou réussit à les plonger dans l’indifférence, l’égarement politique et parfois la révolte stérile.
 
La moitié favorable à cette minorité dominante ne peut-être ralliée à elle qu’en s’identifiant à sa position, en mimant ses comportements, en adorant les maitres et les dieux consacrés par elle , en adoptant des valeurs qui sont, le mérite, la réussite individuelle opposées sans vergogne à la médiocrité, à l’échec personnel.
 
Il faut éloigner les peuples, autant que faire se peut, des valeurs de coopération, de solidarité, de partage. Cela est d’autant plus facile que l’humanité, bien que ne réussissant dans sa construction que par le triomphe de ces dernières valeurs, se développe sur cette terrible méprise qui à conduit à ignorer que seule la force de travail était créatrice de valeur,  qu’elle générait une plus value dont l’essentiel est empoché par celui qui s’est octroyé la propriété fut ce par la spoliation ou par héritage ! Une propriété dont un certain Proudhon disait qu’elle était le vol !
 
Mai bon je ne suis guère compétent pour développer  et de plus il est tard ! Alors je vous renvoie à ce site si vous voulez en savoir plus sur la tromperie dont le Alain Minc dont il est question dans l’article sélectionné est orfèvre en la matière.
 
https://fr.wikipedia.org/wiki/Théorie_de_la_valeur_(marxisme)
 
 
 
 
 
 
Alain Minc. Photo : Lionel Bonaventure/AFP

Alain Minc. Photo : Lionel Bonaventure/AFP

Trop fort

Mardi, 10 Juillet, 2018

Le billet de Maurice Ulrich. Comment fait-on des réformes en France ? 

Comment fait-on des réformes en France ? Alain Minc, actuellement membre du comité stratégique du groupe Bolloré, essayiste, éditorialiste, sarkozyste et désormais, selon ses propres termes, juppéo-macronien, a son idée sur la question. Et donc, dit-il dans un entretien publié par Libération, « pour faire des réformes, il faut avoir un penchant autoritaire. Sinon, on se heurte à une résistance venue des profondeurs de l’État, le deep state comme dit Trump (…) Pour la surmonter, il faut une main de fer ». Dans son juppéo-macrono-trumpisme, il revendique aussi le macronisme comme une forme de bonapartisme : « C’est ainsi qu’on fait des réformes en France. Napoléon III (le Petit) avait imposé de cette manière le libre-échange. De Gaulle le marché commun, Mitterrand le grand marché et l’euro. » Certes, mais il aura sans doute échappé à Alain Minc que d’autres réformes – les congés payés, la Sécurité sociale, les 40 heures – l’ont été tout autrement avec, si l’on peut dire, un penchant populaire. 1936, 1945 et le CNR, Mai 68… D’accord, mais n’allons pas confondre réformes et… réformes. Il est trop fort, Alain Minc

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Laisser un commentaire

 

Lorette Autrement |
Bernard VIDAL - Un nouvel a... |
Energie Nouvelle pour Heill... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vallorcine: Elections munic...
| servir connaux
| Le site de la liste Gif, os...