• théatre de Tarascon

    théatre

  • Réunion en 1968

    Réunion en 1968

  • Rue Blanqui

    Rue Blanqui

  • Ian Brossat chef de file des communistes aux européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

Inadmisible de traiter ainsi des jeunes ados…

Posté par jacques LAUPIES le 9 décembre 2018

 

 

Inadmisible de traiter ainsi des jeunes ados...

Arrestation massive de lycéens à Mantes la jolie : les images qui choquent

Vendredi, 7 Décembre, 2018

A Mantes la Jolie (Yvelines), des images de dizaines de jeunes, la plupart âgés de moins de 16 ans, sont alignés à genoux, mains sur la tête sous le controle de policiers en armes, provoquent l’indignation et embassassent le pouvoir.

Plus de 700 interpellations de lycéens ont été recensées jeudi 6 décembre, à l’issue d’une journée au cours de laquelle environ 280 lycées et collèges en France ont été de nouveau perturbés, dont 45 bloqués, par des élèves.
 
Selon le procureur de la République de Versailles Vincent Lesclous, les 153 personnes ont été interpellées à Mantes-la-Jolie, essentiellement devant un lycée, pour « participation à un attroupement armé » après des heurts et dégradations.
 
Des images de ces interpellations montrent des dizaines de lycéens, mains entravées ou sur la tête, à genoux ou assis au sol, rassemblés dans le jardin d’un pavillon et dans une maison associative, après des incidents près du lycée où deux voitures avaient été incendiées et où des heurts avaient éclaté avec la police.
trans
Le parquet de Versailles indique que 140 personnes ont été placées en garde-à-vue hier, après leur interpellation à Mantes-la-Jolie. Il s’agit essentiellement de personnes « peu ou pas connues des services de police ». Plusieurs dizaines ont néanmoins été levées dès hier soir.
Une première vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, filmée au plus près des forces de l’ordre où l’on voit des dizaines de jeunes, les genoux au sol, tandis qu’on entend une voix dire ironiquement : « Voilà une classe qui se tient sage ».
Ian Brossat, tête de liste PCF pour les européennes, a dénoncé des « images inacceptables » et des « procédés » que « rien ne peut justifier ».
 
« Glaçant, inadmissible« , a résumé Benoît Hamon, fondateur du mouvement Générations. « Cela n’est pas la République. La jeunesse française humiliée. Mais que cherche le pouvoir sinon la colère en retour ? »
 
« Ces images nous insultent. Rien ne justifie que l’on humilie ainsi nos enfants. Halte au feu, Monsieur le Président. Au nom de nos valeurs, de ce qui fonde ce que nous sommes, de notre République, au nom de ce dont vous êtes censé être le garant, halte au feu », a plaidé le secrétaire national d’Europe Ecologie-Les Verts David Cormand.
Pour le commissaire de la ville, il s’agissait d’ « interrompre un processus incontrôlé ».
Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a déclaré vendredi avoir été « choqué » par les images des 146 jeunes interpellés la veille devant un lycée de Mantes-la-Jolie (Yvelines), mais a tenu à rappeler le « contexte » de violence qui a mené à cette opération.

Le PCF a lancé un appel aux élu.e.s visant à affirmer la nécessaire protection des jeunes face aux violences policières qui se sont multipliées ces derniers jours.

Plusieurs syndicats (FO, Sgen-CFDT) ou la fédération de parents d’élèves FCPE demandent au ministre d’« entendre » les revendications exprimées par les lycéens, qui appellent notamment à l’abandon des réformes du bac, de la voie professionnelle ou de l’accès à l’université. Dans un communiqué qui demande de mettre fin « à la répression de la mobilisation lycéenne », le groupe des députés de La France insoumise dénonce « la banalisation de l’usage de Flash-Ball et les coups portés à des jeunes à terre [comme] autant de dérives intolérables d’un pouvoir qui n’existe plus que par sa politique de répression à tout-va »

Le Défenseur des droits a annoncé, vendredi 7 décembre, ouvrir une enquête sur l’interpellation de 151 adolescents en marge du blocus d’un lycée à Mantes-la-Jolie (Yvelines).  L’enquête  portera « sur les conditions dans lesquelles se sont déroulées des interpellations de lycéens à Mantes-la-Jolie », indique dans un communiqué cette autorité indépendante qui rappelle être chargée de « veiller au respect de la déontologie » des forces de l’ordre et de défendre « l’intérêt supérieur de l’enfant ».

Dominique SOPO, président de SOS Racisme, « s’interroge sur les raisons qui ont rendu possible une telle scène ainsi que sa mise en ligne manifestement recherchée. Ces jeunes vivent à Mantes-la-Jolie et sont donc réputés être des « jeunes de banlieue » avec tout ce que cette expression véhicule de clichés et autorise de violence symbolique. Cela n’est manifestement pas étranger à la facilité avec laquelle on bascule vite du maintien de l’ordre à l’humiliation publique ».
 
SOS Racisme demande au Ministre de l’Intérieur de prendre toutes les mesures nécessaires pour que de tels faits cessent et demande que l’IGPN ouvre une enquête suite à cette scène.
 
 

Les élus communistes lancent un appel en soutien au mouvement lycéen

 
Eugénie Barbezat
if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Laisser un commentaire

 

Lorette Autrement |
Bernard VIDAL - Un nouvel a... |
Energie Nouvelle pour Heill... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vallorcine: Elections munic...
| servir connaux
| Le site de la liste Gif, os...