• théatre de Tarascon

    théatre

  • Réunion en 1968

    Réunion en 1968

  • Rue Blanqui

    Rue Blanqui

  • Ian Brossat chef de file des communistes aux européennes

    Le nouveau monde :
    D'un coté, on prétend "responsabiliser" les gens modestes en augmentant le prix du #carburant.
    De l'autre, on déresponsabilise les riches en baissant leurs impôts sans rien leur demander en échange.
    Moins tu as, plus tu donnes.
    Plus tu as, moins tu donnes.

Pour gagner l’union et le nombre !

Posté par jacques LAUPIES le 19 mars 2019

 

Nous y voila ! L’objectif des gouvernants est depuis le début de dévaluer l’action des gilets jaunes car ce qui fait la force de ce mouvement c’est qu’il a bénéficié du soutien d’une majorité de la population.

Le meilleur moyen de le rendre impopulaire étant évidemment d’exploiter la violence de casseurs et d’autre part de provoquer les manifestants par la violence policière. S’y ajoute la pression médiatique qui voit la plupart des commentateur et éditorialistes de chaîne exploiter à fond les scènes de violence et se travestir en agents direct du pouvoir.

Dire que cela est sans effet serait bien naïf, mais prendre les français pour des imbéciles qui goberaient tout ce que racontent les députés LREM et les ministres à longueur d’antenne est une ânerie bien peu digne de personnages qui prétendent diriger la France et sont aux ordres d’une classe dominante qui commence à avoir la trouille.

Car la réalité est là ! Même si l’on sait que la violence de certains groupuscules, les uns et les autres se rejoignant dans l’idée que l’état actuel pourrait être disloqué, c’est une voie sans issue qui, de toute manière ne peut aboutir un pseudo désordre, lequel aboutirait à un durcissement (déjà amorcé) du régime.

Ces petites têtes (ou grosses selon le critère de jugement) devraient savoir que les problèmes posés par le mouvement (pouvoir d’achat en diminution, fiscalité injustes et frauduleuse, démocratie bidon, etc.) demeurent et qu’il est à craindre pour eux que le mouvement se poursuive.

Ils le savent bien et risquent tôt ou tard de faire pipi dans leur culotte d’aristos nouvelle vague ! 

En attendant leur débandade les revendications des gilets jaunes rejoignent pour une bonne part celles de millions de travailleurs que nombre d’organisations syndicales et politiques (communistes en tout cas) portent depuis fort longtemps.

Mais pour gagner il faut l’union et le nombre, rien de moins. Qu’on se le dise !

_________________________

 

Et pour gagner il faut aussi ouvrir des perspectives politiques et faire en sorte que  le PCF retrouve son influence électorale. 

 

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

 

La Section de Tarascon du PCF soutient sans réserve la manifestation prévue 

ce mardi  à 10 H 30 devant les locaux de la Sécurité Sociale à TARASCON

à l’appel de la CGT, de FO ET DE GILETS JAUNES

 

——————————————————————————–

 

 Journée nationale interprofessionnelle de grève et de mobilisations, le 9 octobre 2018, à Bordeaux, contre l’explosion des inégalités et la politique sociale du gouvernement d’Emmanuel Macron. Georges Gobet/AFP<br /><br /><br /><br /><br />

Journée nationale interprofessionnelle de grève et de mobilisations, le 9 octobre 2018, à Bordeaux, contre l’explosion des inégalités et la politique sociale du gouvernement d’Emmanuel Macron. Georges Gobet/AFP
 

MOBILISATION. À L’HEURE DES ARBITRAGES, LES SYNDICATS DONNENT DE LA VOIX

Mardi, 19 Mars, 2019

Après les mobilisations sociales et environnementales de samedi, les syndicats prennent le relais et appellent à la grève et à la mobilisation, ce mardi 19 mars, pour faire entendre leurs revendications sur les salaires et les services publics, alors que le grand débat touche à sa fin.

À l’heure des conclusions, alors que le grand débat s’est officiellement achevé ce vendredi, les syndicats veulent « se faire entendre » et ne pas rester « spectateurs, ni caution de décisions qui pourraient être prises en matière sociale », revendique Yves Veyrier, secrétaire général du syndicat Force ouvrière, qui fait son grand retour chez les « contestataires », renforçant ainsi l’intersyndicale CGT, Solidaires, Unef, UNL, UNL-SD. Des syndicats qui, pour ne pas participer à l’« enfumage », ont boycotté les rendez-vous thématiques du grand débat organisés la semaine dernière, regrettant que « le gouvernement reste enfermé dans ce qu’il pense être un véritable débat, alors que, concrètement, les réponses ne sont pas en phase avec le mouvement social ». Pour la CGT, l’heure est désormais à « la mobilisation générale ».

Un mois après la première journée de convergence avec les gilets jaunes, le 5 février, qui a vu défiler plus de 300 000 personnes, les syndicats souhaitent amplifier le mouvement. D’autant que, depuis plusieurs semaines, les militants sur le terrain s’activent de débats publics en initiatives sur la défense des services publics, de distributions de tracts en rédaction de cahiers revendicatifs dans les entreprises. En tête des doléances, la hausse des salaires, mais également la défiance sur la future réforme des retraites, l’exigence d’une plus grande justice fiscale – via la suppression de la TVA sur les produits de première nécessité et la remise en vigueur de l’ISF – ou encore l’attachement réaffirmé aux services publics de proximité… Autant de revendications qui rejoignent…

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Lire la suite dans l’Humanité de ce jour

Posté par jacques LAUPIES le 18 mars 2019

 

 

Plusieurs rassemblements ont eu lieu ce week-end à travers le monde. À Paris, la marche du sièc le pour le climat a réuni plus de 100 000 manifestants, selon les organisateurs. Jacques Witt/Sipa<br />

Plusieurs rassemblements ont eu lieu ce week-end à travers le monde. À Paris, la marche du sièc le pour le climat a réuni plus de 100 000 manifestants, selon les organisateurs. Jacques Witt/Sipa
 

MOBILISATIONS. PRINTEMPS CLIMATIQUE ET SOCIAL : SAISON DES LUTTES ?

Lundi, 18 Mars, 2019

En France, les marches qui se sont tenues samedi ont réuni près de 350 000 personnes. À Paris, un cortège historique a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de manifestants à l’appel d’organisations syndicales, environnementales et citoyennes. Une unité qui dessine un nouveau profil de bataille.

Ils avancent côte à côte, slalomant sur le trottoir du boulevard Saint-Martin, pour doubler le cortège qui s’écoule en masse dense vers la République, leur pas sensiblement plus actif que celui de la foule. La place parisienne est déjà pleine à craquer et le défilé coince au débouché de l’artère, poussé par un flot de manifestants qui, à 17 heures, ne semble pas encore près de se tarir. Pierre, la trentaine imposante, longue barbe auburn tombant sur un gilet jaune tatoué du logo rouge de la CGT, est penché vers Stéphane, l’œil vert et lui aussi le gilet fluo, mais rose, estampillé SUD Solidaires. « Dans tous les cas, il va falloir accélérer », est en train de souligner ce dernier. « La question environnementale est encore inégalement traitée par les syndicats alors qu’elle est indissociable de l’emploi ou de la santé des salariés. » Vrai, abonde son camarade, tout en continuant de se faufiler vers l’arrivée de la manifestation. « Si on ne s’occupe pas de tout cela rapidement, ça va nous revenir en pleine figure. Il suffit de superposer les données des atteintes sociales à celles des atteintes environnementales, elles correspondent, on ne peut plus les dissocier. »

Ne leur demandez pas, à ces deux-là, de quelle marche ils étaient samedi, celle des gilets jaunes, celle pour le climat ou celle contre les violences policières. Pour eux, la question ne se pose pas en ces termes. « Quel que soit l’angle sous lequel on le prend, c’est tout un système qui arrive à bout », concluent les deux gaillards, comme en écho à beaucoup de ceux qui ont défilé ce week-end.

On parle, selon qu’on soit de la police ou des manifestants, de 35 000 à 107 000 personnes à Paris, de près de 350 000 à travers toute la France. Peu importe le décompte que les autorités préféreront retenir, l’histoire, sur le fond, restera la même : cent quarante organisations appelaient à faire de cette nouvelle marche pour le climat – la quatrième du genre depuis septembre – une journée d’action globale, revendiquant dans un même souffle la justice climatique et la justice sociale, brocardant d’un même vent l’idée d’une fin du monde chaotique et…

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Raphael Glucksmann ce jour et certains en permanences : De quel droit des privilèges à la télé alors que d’autres sont ignorés

Posté par jacques LAUPIES le 17 mars 2019

 

Imaginez que vous avez une conception précise de comment doit-être dirigée la France et que votre expérience vous autorise, moyennant tous les conseils dont vous pouvez vous entourer, que vus considérez que gouverner c’est avant tout répondre à l’intérêt général  qui ne peut-être que la réponse à l’intérêt de chacun en fonction de ses besoins, de ses capacités, à égalité de droits.

 

C’est tout simplement cela qu’affirme la déclaration universelle de 1948 notamment en matière d’éligibilité : 

 

Article 21

 

 1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis. 

 

2. Toute personne a droit d accéder, dans des conditions d’égalité, aux fonctions publiques de son pays.

 

3. La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

 

Il parait donc tout à fait honorable et non exagéré de prendre appui sur ce texte et sur l’ensemble de la déclaration pour rendre crédible votre candidature et mettre en cause d’autres candidatures qui ont notoirement  violé cet article ou qui appartiennent à des organisations politiques qui émettent des opinions contraires ou commettent ou ont commis des actes contraires.

 

Mais nous comprenons que des limites sont nécessaires pour rendre possible l’expression de chaque citoyen, qu’il faut prendre appui sur des partis politiques représentatifs de fractions et de catégories de citoyens. Tout refus à ce droit, notamment celui « d accéder, dans des conditions d’égalité, aux fonctions publiques de son pays » est une violation des droits de l’homme !

 

Si j’étais dirigeant de certains partis qui à chaque élection se trouvent victimes de cette violation je saisirais les instances judiciaires internationales pour qu’elles condamnent les contrevenants que sont souvent les chefs d’états et les instances médiatiques.

 

Chaque citoyen devrait pouvoir saisir le défenseur des droits, afin qu’il permette à chaque représentant de liste aux élections européennes de bénéficier d’un temps égal d’antenne et de justifier d’une authentique appartenance à, une organisation politique représentative.

 

Une idée à creuser !

 

 

Raphael Glucksmann ce jour et certains en permanences : De quel droit des privilèges à la télé alors que d'autres sont ignorés logo_color2

 

______________________________________________________________________________________________________________________

 TOUT UN PROGRAMME POUR UN CANDIDAT

Déclaration universelle des droits de l’homme

Le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris au Palais de Chaillot (résolution 217 A (III)).
Pour commémorer son adoption, la Journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre.
Ce document fondateur - traduit dans plus de 500 langues différentes - continue d’être, pour chacun d’entre nous, une source d’inspiration pour promouvoir l’exercice universel des droits de l’homme.

Préambule

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme.

Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.

Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement de relations amicales entre nations.

Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes, et qu’ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l’Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Considérant qu’une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

L’Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l’homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l’esprit, s’efforcent, par l’enseignement et l’éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

Article premier
 

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 2
 

1. Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
2. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

Article 3
 

Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

Article 4
 

Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Article 5
 

Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Article 6
 

Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

Article 7
 

Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

Article 8
 

Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

Article 9
 

Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

Article 10
 

Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

Article 11
 

1. Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées. 
2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d’après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l’acte délictueux a été commis.

Article 12
 

Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

Article 13
 

1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat. 
2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

Article 14
 

1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays. 
2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 15
 

1. Tout individu a droit à une nationalité. 
2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité.

Article 16
 

1. A partir de l’âge nubile, l’homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution. 
2. Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux. 
3. La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’Etat.

Article 17
 

1. Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété.
2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

Article 18
 

Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.

Article 19
 

Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

Article 20
 

1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques. 
2. Nul ne peut être obligé de faire partie d’une association.

Article 21
 

1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis. 
2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d’égalité, aux fonctions publiques de son pays.
3. La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

Article 22
 

Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l’effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l’organisation et des ressources de chaque pays.

Article 23
 

1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage. 
2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal. 
3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale. 
4. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

Article 24
 

Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.

Article 25
 

1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté. 
2. La maternité et l’enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu’ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

Article 26
 

1. Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite. 
2. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix. 
3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants.

Article 27
 

1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent. 
2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l’auteur.

Article 28
 

Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.

Article 29
 

1. L’individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seule le libre et plein développement de sa personnalité est possible. 
2. Dans l’exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n’est soumis qu’aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d’assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d’autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l’ordre public et du bien-être général dans une société démocratique. 
3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s’exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 30
 

Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un État, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Glucksmann rejoint ainsi les prétendants de gauche pour les européennes…Raison de plus pour affirmer l’identité communiste avec la liste conduite par Ian Brossat !

Posté par jacques LAUPIES le 16 mars 2019

 

Un candidat de plus avec Glucksmann qui rejoint ainsi les prétendants de gauche que sont la candidate de LFI  et Jadot d’EELV. Sans compter évidemment tous ceux qui se cherchent et cherchent un point d’appui pour sauver ses meubles le PS de Maurel et Génération de Hamon en sont là.

Evidemment le traitement médiatique ne sera pas le même pour tout le monde et la mise à l’écart du candidat  communiste Ian Brossat par la télévision publique est là pour démontrer que les vieux réflexes anticommunistes resurgissent ! Elle va s’accompagner probablement de la tendance à la caricature de celui qui, avec son parti mais aussi de nombreux soutiens dans le monde du travail, est porteur d’une grande fidélité critique depuis des décades à l’égard de l’Europe.

Et si certains découvrent les défaillances de cette Europe pour en nier l’existence,  d’autres veulent tenter de la conquérir pour en faire un instrument au service de l’argent plutôt que des gens, comme nous le disons !

Réformistes de droite et de gauche comme toujours se disputent le pouvoir pour continuer comme avant et évidemment se prétendent être les seuls opposants au courant nationaliste porteur effectivement du danger d’éclatement et d’oppositions nationalistes.

Il est grand temps qu’un véritable internationalisme rassemblant les forces populaires déjoue ces deux risques.

En France face à à la division à gauche malgré tous les efforts effectués par les communistes pour la dépasser il n’y a d’autre issue que d’agir pour que le courant vraiment transformateur d’une Europe, sur des bases de classe, se dotant d’une forte représentation et c’est sans la moindre ambiguïté qu’il faut « réveiller » le monde du travail et l’appeler à voter pour la liste conduite par Ian Brossat.

C’est de bien-être et paix pour les peuples qu’il s’agit et les jeunes en particulier  doivent se méfier des diversions qu’on leur propose aussi soit elles d’apparences généreuses. Car effectivement si dans trente ans, et bien avant pour ceux de ma génération, nous ne seront plus là pour vivre quelque nouveau désastre qui pèse sur l’humanité leur manque de discernement

Européennes

  IAN BROSSAT pour une Europe Sociale

———————————————————————————————————————————————

 

AFP, publié sur le site d’Orange vendredi 15 mars 2019 à 16h25

L’essayiste Raphaël Glucksmann a annoncé vendredi qu’il serait candidat aux européennes, à la tête d’une liste qui devrait recevoir samedi le soutien du PS, et avec l’espoir peut-être illusoire de rallier à son panache d’autres formations politiques.

« Moi je propose ma candidature pour être tête de liste », a déclaré sur France Inter M. Glucksmann, qui avait fondé avec une vingtaine d’autres personnalités en novembre le parti Place publique. Il mènera campagne « en tandem » avec la militante écologiste Claire Nouvian, cofondatrice du mouvement.

« On demande aux forces politiques de nous rejoindre », a-t-il ajouté, en regrettant une nouvelle fois l’éparpillement des forces à gauche, qui empêche selon lui l’émergence face à Emmanuel Macron et à Marine Le Pen d’une force sociale et écologiste crédible.

Selon un sondage Ifop-Fiducial publié jeudi, si le scrutin avait lieu dimanche, la liste Europe Ecologie-Les Verts obtiendrait 8,5% (+1), celles de La France insoumise 7,5% (+1,5), du Parti socialiste 5,5% (+0,5), de Générations 2,5% et du PCF 2% (-0,5), loin derrière LREM et le RN.

M. Glucksmann s’est défendu d’ajouter une liste supplémentaire dans ce paysage morcelé. « Demain (samedi), je suis confiant que le Parti socialiste va nous rejoindre », a-t-il dit. Nouvelle Donne, le parti fondé par Pierre Larrouturou, est aussi associé à la démarche, a-t-il assuré.

De fait, le PS devrait décider samedi lors d’un Conseil national à Paris de soutenir une liste d’ouverture tirée par M. Glucksmann, à parité entre les candidats issus du PS et ceux provenant d’autres formations politiques ou de la société civile, « y compris sur les dix premières places », selon l’entourage du premier secrétaire Olivier Faure.

Ce dernier a salué vendredi sur Twitter l’annonce de M. Glucksmann. « Avec Place publique et tous ceux qui rejoindront cette démarche s’ouvre un chemin, celui des combats communs. Je demanderai demain aux socialistes de s’y engager ».

Les maires PS de Lille, Paris, Rennes et Nantes, la présidente de la région Occitanie Carole Delga, le président du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle Mathieu Klein lui ont emboîté le pas.

« Je crois qu’Olivier Faure a compris quelque chose d’extrêmement important, c’est que si chacun restait dans ses meubles, tout le monde périrait à la fin », a dit M. Glucksmann au cours d’une conférence de presse.

Il a précisé à cette occasion que les députés élus sur cette liste ne siègeraient pas forcément dans le même groupe au Parlement européen, son espoir étant qu’une « clarification » dans la composition des groupes s’opère à Strasbourg, « sur la base des idées ».

- « Bouée de sauvetage » -

Le fondateur de Générations, Benoît Hamon, a en revanche accueilli fraîchement l’initiative de celui qui avait contribué à écrire son grand discours de Bercy pendant la présidentielle. « Une voix en faveur d’une liste socialiste est une voix perdue pour la gauche », a-t-il fustigé.

Du côté d’EELV, l’accueil n’est pas plus chaleureux. « Triste de voir Raphaël Glucksmann et Claire Nouvian servir de bouée de sauvetage à un PS à l’agonie ayant participé, par renoncement à construire une Europe sociale et écologique, à la montée du national-populisme », a twitté la députée européenne Michèle Rivasi.

Au Parti socialiste, le choix de M. Faure de s’effacer derrière le représentant d’un parti né il y a seulement quelques mois ne fait pas non plus l’unanimité. Le sénateur PS Rachid Temal, qui avait soutenu Olivier Faure au congrès de Poitiers, continue de militer pour « une tête de liste socialiste ».

Le maire du Mans Stéphane Le Foll – adversaire de M. Faure lors de ce congrès – a annoncé qu’il ne participerait pas au Conseil national samedi, désapprouvant la « méthode » mise en oeuvre par M. Faure. « Le PS se met derrière Place publique, mais pourquoi ? Sur quelle base politique ? On ne sait pas », a-t-il déploré.

A Place publique, la décision de Claire Nouvian et Raphaël Glucksmann a également suscité des remous. L’économiste Thomas Porcher a fait savoir en privé qu’il ne souhaitait pas figurer sur une liste soutenue par le PS. Le président du parti, Jo Spiegel (ex-PS) estime cependant que l’initiative ne se résume pas à un mariage avec le PS, et qu’elle est « conforme à la résolution » approuvée par Place publique à Metz fin février.

Fils du philosophe André Glucksmann, Raphaël Glucksmann est aussi le compagnon de la journaliste politique Léa Salamé, qui se retirera de l’antenne de France Inter et de France 2 pour la couverture des élections européennes afin d’ »éviter tout soupçon de conflit d’intérêt ».

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Coup de pouce donné à Marine Le Pen par la Direction de France 2…

Posté par jacques LAUPIES le 15 mars 2019

 

J’ai fait un effort pour regarder l’émission politique de ce jeudi sur France 2. Cette chaîne, comme nous le rappelions hier donne largement la parole à tous, sauf aux dirigeants nationaux du parti communistes, a offert à Marine Le Pen après avoir comme tant d’autres médias à contribué à en faire la principale opposante à Macron, une belle occasion de déballer sa démagogie. Qui plus est l’émission d’hier soir, relativement bien préparée pour elle, a permis de la faire progresser dans le sondage réalisé pendant le débat.

Voila donc le chef d’oeuvre réalisé par la Direction de cette chaîne : asseoir politiquement dans le contexte actuel Marine Le Pen et lui procurer ce dont elle a un besoin impératif le concours de la droite, qui finalement la préfère à Macron ! Mais ce n’est pas moi qui m’en étonnerait et ceux que je peux côtoyer se rappelleront, comme je l’ai souvent indiqué dans ce blog, que les forces du capital de ce pays travaillent à cet objectif depuis  des décades. 

Dire cela aujourd’hui n’a pas la même valeur que d’avoir prévu  le  jour où, sous l’égide de Mitterrand lui-même, on a fabriqué et ouvert une voie de garage pour l’extrême droite. Une voie de garage dont on l’extrait maintenant pour lui ouvrir celle du pouvoir en banalisant peu à peu sa pseudo dé-diabolisation !

Ses contradicteurs dans le débat, de l’inénarrable et social libéral Jacques Attali jusqu’à la pauvrette Ministre tête de liste de LREM en passant par  l’intarissable  Maire Communiste d’Aubervilliers n’ont pas résisté à son calme apparent qui a bien entendu couvert ses propos trompeurs, parfois mensongers et souvent imprégnés d’une haine sournoise de classe.

Poutou, invité au débat a préféré regarder un match (un effet recherché, pas très malin selon moi) et rappelé à tous ces invités de Léa Salamé, qui pour la plupart encombrent les plateaux de télé, que les actions et manifestations des travailleurs sont les meilleures voies pour sortir de leur pétrin actuel !

Le respect de la Démocratie impliquerait que tous les candidats tête de liste aux européennes soient invités à cette émission du jeudi avec un ordre défini par tirage au sort et avant le scrutin du 26 mai.

J’attends et j’espère voir le candidat de mon Parti IAN BROSSAT. Léa appelle ta Directrice et mettez ça au point !

 

 

 

Des élèves de Belgique, de Suisse ou encore d’Allemagne (ici à Hambourg) manifestent par milliers, une fois par semaine,<br /><br /><br />
pour exiger de leurs gouvernements qu’ils agissent fermement contre le réchauffement de la planète. Axel Heimken/AFP<br /><br /><br />

Des élèves de Belgique, de Suisse ou encore d’Allemagne (ici à Hambourg) manifestent par milliers, une fois par semaine, pour exiger de leurs gouvernements qu’ils agissent fermement contre le réchauffement de la planète. Axel Heimken/AFP
 

CLIMAT. LES JEUNES RÉCUSENT LA CROISSANCE INFINIE

Vendredi, 15 Mars, 2019

Lycéens et étudiants manifesteront ce vendredi dans plus de 105 pays. En France, 217 rendez-vous sont prévus, tous visant à se réapproprier un enjeu pollué par les inerties politiques.

Ils en seront en Équateur, ils en seront au Groenland, ils en seront en Égypte, en Namibie, aux États-Unis, en Inde et un peu partout en Europe. Ils en seront, au total, dans plus de 105 pays et de 1 600 villes : partout dans le monde, des étudiants et des lycéens ont annoncé leur participation à la première journée de grève scolaire internationale pour le climat jamais organisée. L’appel, lancé par la jeune Greta Thunberg, cette adolescente suédoise dont le plaidoyer pour le climat a obtenu un écho médiatique rarement égalé, a, c’est le moins que l’on puisse dire, été entendu.

Depuis bientôt quatre mois, des élèves de Belgique, de Suisse ou encore d’Allemagne manifestent, parfois par dizaine de milliers, une fois par semaine pour exiger de leurs gouvernements qu’ils agissent fermement contre le réchauffement de la planète. Ceux de France ont rejoint le mouvement mi-février et annoncent, pour ce vendredi, des événements dans plus de 215 villes – dans certains cas avec le renfort d’enseignants –, souvent préparés de longue date. À Bayonne, la mobilisation se construit depuis un mois….

 
 lire la suite sur humanité.fr ou en achetant le journal

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

12345...384
 

Lorette Autrement |
Bernard VIDAL - Un nouvel a... |
Energie Nouvelle pour Heill... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vallorcine: Elections munic...
| servir connaux
| Le site de la liste Gif, os...