• Auteur:Jacques

    jacques LAUPIES

  • Sondage

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.
  • Visiteurs

    Il y a 3 visiteurs en ligne
  • Archives

  • Pages

  • Méta

  • Etes vous communiste

    Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

Mesquineries

 

Le Marquis
Grand philosophe
Aimait en amour la fantaisie
Mais ses apostrophes
Heurtent mon boulanger
Pour qui la vraie morale
Serait mal venue de se moquer
De la morale
Précepte auquel adhère
Sade le libertaire

Rousseau
Et son contrat social
Jetait a l’eau
Le mythe royal
Et je suis étonné
Qu’un ex-révolutionnaire
Puisse lui préférer
Voltaire
Qui reprochait curieusement
À Jean Jacques l’abandon de ses enfants

Robespierre
Usa de la Guillotine
Pour lutter contre la guerre
Instaurant sa justice divine
Pour mon maître d’école
La gloire de l’incorruptible
N’est pas dans sa démarche folle
Prenant les riches pour cible
Mais tout simplement
D’avoir été un mauvais amant

Marx des bourgeois l’épouvantail
Comprit que l’humanité
Naît de l’aliénation du travail
Qu’il faut enfin libérer
Il irrite mon coiffeur
Sexuellement émancipé
Et perd sa faveur
Parce qu’avec la servante il a couché
Tromper sa femme avec la bonne
Dénie ainsi un grand homme

Freud qui visita notre inconscient
Nous apprend que les névroses
Ne vivent que le temps
Des fantasmes que l’on n’ose
Ce sur quoi ma féministe voisine
Plus près du corps
Que de l’âme divine
Exprime son désaccord
Voyant chez l’inventeur de la psychanalyse
L’époux qui méprise

Che Guevara
Le révolutionnaire
Comme le crient à tout va
Mon épicier débonnaire
N’était pas aussi pur
Que le disent ses fans
Pour lui est troublant et dur
Qu’avec quatre enfant
Il soit allé dans les maquis
Défendre ceux de la Bolivie

La liste serait sans fin
De ceux qui de César à Lénine
N’ont en bon philistins
Que des regards indignes
Qu’ils soient d’en haut ou d’en bas
Quelle que soit leur position
Il y a toujours quelque malfrat
Pour semer la confusion
Sur tous ces génies
Qui ont embelli nos vies

Ainsi voit on réapparaître
Paroles et écrits
Qui s’en prennent au maître
Mais aussi au petit
Substituant à la critique
Autant qu’à l’encens
De la vraie politique
Des discours hallucinants
Parfois les coucheries
Fuyant l’essentiel pour installer l’oubli

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Laisser un commentaire

 

Lorette Autrement |
Bernard VIDAL - Un nouvel a... |
Energie Nouvelle pour Heill... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vallorcine: Elections munic...
| servir connaux
| Le site de la liste Gif, os...