• théatre de Tarascon

    théatre

  • Réunion en 1968

    Réunion en 1968

  • Rue Blanqui

    Rue Blanqui

  • p10102441.jpg

    p10102441.jpg

Stratégie d’union du PCF (point de vue personnel)

Posté par jacques LAUPIES le 11 janvier 2016

DSC_0875-1

Pour éviter les désastres électoraux :  être nous mêmes !

Je viens de prendre connaissance de ce communiqué d’Olivier Dartigolles (porte parole du PCF). Son commentaire sur Jean Vincent Placé me surprend dans la mesure ou l’on pourrait penser qu’il y a de la part de l’ancien dirigeant des verts, un comportement nouveau dans le débat au sein de  cette gauche de la gauche où généralement, comme son parti, on tend à le classer.

 

Je ne voudrais pas être méchant mais dans cette « gauche de la gauche » il y a beaucoup de Placé qui lui ressemblent, à commencer par l’ancienne Secrétaire de ce Parti Cécile Duflot, d’autres qui ont atterri au Centre, d’autres qui effectivement font allégeance au PS et que sais je encore.

 

Alors  si l’on doit accepter de la part de ces politiques, dirigeants d’organisations dont certaines (ce n’est pas le cas des Verts) sont partie prenante du Front de Gauche, qu’ils n’aient d’autre souci que de défendre leur bannière, ce que nous ne saurions leur reprocher, nous devons  bien clarifier notre positionnement comme on dit, dans l’espace et dans le temps.

 

Cela doit nous inciter à une certaine distance et prudence dans nos démarches unitaires surtout au premier tour d’élections (et même, on vient de le voir, dans les mouvements populaires). S’il faut, comme cela s’est passé aux dernières élections régionales, nous confondre, quand ce n’est pas nous effacer, derrière nos alliés « potentiels »,  nous prenons un plus grand risque que de mener notre propre combat avec nos couleurs et notre spécificité.

 

Le jeu de la politique soumise aux ambitions personnelles où différents prétendants « aux responsabilités » s’accommodent fort bien de dénis ou de ralliements opportunistes à des idées qui ne sont pas forcément liées à leurs convictions (quand ils en ont) devient monnaie courante et contribue pour une bonne part à l’abstention aux effets désastreux,  que limite seulement l’esprit moutonnier. Ce qui vous en conviendrez n’est pas de nature à renforcer la république.

 

Nous devons rester hors de ces alliances prématurées que dicterait, en haut, le bon vouloir de nos partenaires et de nos dirigeants qui abonderaient dans ce sens. Le peuple français rejette de plus en plus la politique au point de faire l’amalgame entre quelques politiciens en chasse de pouvoir et prêts à la dissimulation, à la démagogie, au mensonge pour y parvenir, alors que l’immense majorité des militants et élus restent attachés à leurs convictions empreintes de volonté de servir.

 

Celui qui accepte, en recherchant le compromis, des alliances avec cette faune de politiciens qui viennent à la moindre occasion faire leur numéro à la télé le paiera fort cher. Alors que les communistes, parce qu’ils ont des militants protégés de ces dérives par son fonctionnement et ses règles statutaires, résistent à ces pratiques.

 

Je sais que l’on va m’opposer les contraintes du système électoral, notre relative faiblesse électorale, la nécessité des compromis d’union face à la droite et l’extrême droite aux sociaux libéraux du PS.

 

Bref l’Union s’imposerait dès le premier tour avec le risque d’une nouvelle confusion entre tous ceux qui veulent s’inscrire dans un projet de gauche, à condition que le Parti Communiste s’efface mais apporte toute sa logistique et une influence réelle mais qu’il se fait voler avec de minuscules contre parties.

 

Alors oui il y a l’anticommunisme qui persiste, la connotation péjorative que nos adversaires s’efforcent de donner au mot communiste lui-même. Tout cela parce que des erreurs, de graves fautes se sont produites et ont provoqué des dérives, parfois criminelles, engendrant des personnages. et des systèmes totalitaires. Nous avons à nous défendre de cela ne serait ce qu’en rappelant que le combat de classe met en confrontation d’impitoyables forces réactionnaires qui ne reculent devant rien et entrent dans la violence dès lors qu’elles sentent menacées leurs privilèges provoquant la violence pour se protéger.

 

Raison de plus pour ne pas fuir notre identité et notre histoire mais aussi, si nous devions concéder quoique ce soit sur ce plan, garder intact notre idéal et prendre appui sur un parti structuré et apte  à obtenir cette reconnaissance populaire, en tant que tel.

 

En aucune manière cela ne peut remettre en cause la nécessité de luttes sociales et électorales en prenant appui sur des rassemblements, le moment venu, avec des objectifs précis, avec d’autres forces politiques. DANS LA PLUS GRANDE CLARTE !

 

Propos de J-V. Placé : « Ce qui est insensé, c’est l’adieu à la gauche » (Olivier Dartigolles)

Panier

On le sait, la préoccupation permanente et obsessionnelle de Jean-Vincent Placé est d’être un jour appelé au gouvernement. C’est son sujet. Il y consacre beaucoup d’efforts, en attaquant son ancienne formation politique, EELV, en multipliant les offres de service auprès de F.Hollande, allant même jusqu’à défendre la déchéance de nationalité pour tous. 

Ce matin, il a voulu décrocher une flèche contre le secrétaire national du PCF coupable selon lui de promouvoir une « candidature anti-Hollande » en ajoutant  » tout cela n’a aucun sens ». 

 

Ce qui est insensé, c’est l’adieu à la gauche. 

 

Pour la République, pour plus de démocratie, plus de justice, plus de solidarité, de liberté et de fraternité, Pierre Laurent a appelé, sans verser dans la polémique, à une candidature et un projet de gauche pour 2017. Nous allons y travailler dans un esprit de très large rassemblement, en multipliant les rencontres, les échanges et les initiatives auprès de toutes celles et ceux qui partagent l’essentiel  : un état d’urgence pour reconstruire une espérance de gauche et de progrès. 

Olivier Dartigolles, Porte-parole du PCF

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

if (typeof OA_show === "function") OA_show('b300'); // ]]> -->

Des voeux sous un vent de droite

Posté par jacques LAUPIES le 10 janvier 2016

 

Le Maire de Tarascon et son Conseil Municipal présentait hier samedi 9 janvier au Gymnase (Cosec) de Tarascon ses vœux pour « l’an qué ven »,  « qu’es aqui » ! (provençal non garanti)

 

Comme l’indiquait Monsieur Limousin, en substance, c’est l’occasion de rappeler à la population ce qui a été fait, se fait et sera fait. En vérité des économies pour commencer avec évidemment au passage l’allusion au 13 milliards d’Euros de réduction, de la dotation de l’état, qu’il  fera subir aux collectivités. Donc un  manque à gagner, si j’ai bonne mémoire, de un million et demi d’euros pour la commune soit 7 % du budget (sous toutes réserves car je n’ai pas pris de note et ma mémoire faiblit)

 

Bref malgré tout les travaux d’aménagement des boulevards (De Gambetta à Itam) ainsi que l’achat de la gendarmerie au département pour réaliser en ensemble socio culturel avec crèche, des objectifs de rénovation de bâtiments historiques (chapelles et églises notamment), de aménagement de voirie et du centre ville avec création d’un emploi pour piloter l’affaire, un projet d’ensemble scolaire à Souspiron, etc.

 

A ne pas omettre les promesses de sécurité à une assistance particulièrement sensible à cette question. Les absents n’ont pas toujours tort mais les suspects ne semblaient pas être dans la salle !

 

Parole donnée ensuite à la Présidente de l’Assemblée départementale avec congratulations respectives auxquelles fut associé le Maire et Député de Chateaurenard.

 

Evocation également de la représentation de l’assemblée régionale, de la présence des Maires des villages alentour.

 

Bref à de rares exceptions la droite, avec la bénédictions électorales récentes de nos « Camarades » socialistes régnait sur une assistance qui devait entonner La Marseillaise » et la « Coupo Santo » . Un apéritif a suivi dont un participant m’a dit qu’il était constitué de deux buffets à niveaux différents de composition. Histoire de séparer deux petits mondes qui pourtant ici avaient de grandes affinités. Je n’ai là encore pas vérifié. Il faut toujours se méfier des rumeurs.

 

 

DSC_0977-1

 

DSC_0973-1

vue partielle de l’assistance et Monsieur le Maire, pendant son discours

 

DSC_0983-1

Madame la Présidente de l’assemblée Départementale pendant son intervention

 

DSC_0987-1

vue partielle lors de l’entonnement de l’hymne national

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Onfray face aux opiums

Posté par jacques LAUPIES le 9 janvier 2016

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Marx est absent mais écoutez tout de même

Posté par jacques LAUPIES le 9 janvier 2016

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

DÉCHEANCE DE NATIONALITÉ (tract PCF)

Posté par jacques LAUPIES le 9 janvier 2016

 

 

LA PORTE OUVERTE Á TOUTES LES DÉRIVES

Avec l’objectif de se tirer d’affaire, tant l’annonce du 23 décembre dernier d’une déchéance de nationalité pour les binationaux nés en France a provoqué de réactions, des personnalités socialistes proches de François Hollande évoquent aujourd’hui une déchéance pour tous. C’est pour eux « la solution » pour éviter de créer deux sortes de citoyens. Voilà la France apaisée à laquelle le candidat Hollande s’était engagé! Avec le mariage pour tous, on avait une France qui aime. Avec la déchéance pour tous, on a un pays qui ne s’aime plus mais qui fera le bonheur des terroristes car c’est très justement leur objectif ultime. : faire vaciller sur nos valeurs essentielles, la République et la citoyenneté.

Dérive guerrière

Lancé par François Hollande, le débat sur la déchéance de nationalité est révélateur d’une dévire guerrière et sécuritaire. En total échec sur le plan social et économique, en rupture avec une grande partie de son électorat de gauche, le couple infernal Hollande/Valls voit dans la lutte contre Daesch une sorte de planche de salut. Hollande veut donner à voir qu’il a de l’autorité. Dans le cas présent peu lui importe que cette mesure n’ait aucune utilité dans la lutte contre le terrorisme, ce qui compte c’est la posture politique.

 Au nom de l’égalité ?

L’extension de la déchéance de nationalité pour les binationaux nés en France, annoncée par le Président devant le Parlement réuni en Congrès, trois jours après les attentats de Paris et de Saint-Denis, aurait eu pour conséquence de créer deux catégories de Français. La raison et les valeurs républicaines semblaient l’avoir emporté. Il n’en est rien.

Jamais une telle mesure n’avait été assumée par les plus hautes autorités de l’Etat. Présentée par Manuel Valls comme une décision à «caractère hautement symbolique », elle serait en effet une honte et un reniement pour notre République. Aujourd’hui, pour ce pouvoir, l’extension de la déchéance de nationalité à tous est proposée « au nom de l’égalité » .

 Où est donc le danger ?

D’aucune efficacité contre le terrorisme, la déchéance de nationalité est apparue au cours des dernières semaines comme une nouvelle légitimation de l’extrême-droite puisque cette mesure est directement tirée du programme du FN. Dans un climat de peur, de haine et de stigmatisation, avec l’utilisation qui peut en être fait, plaçant le FN au coeur du paysage politique et idéologique, en quoi la déchéance de nationalité désarmera des terroristes dont l’objectif est de semer la mort en y perdant la vie ? En quoi, pour reprendre l’expression du Premier ministre, aura-t-elle la moindre «efficacité pour protéger nos concitoyens» ?

Remise en cause du droit du sol

Ce qui est nouveau dans le projet de loi constitutionnelle c’est la déchéance de nationalité pour des personnes nées en France. C’est une remise en cause d’un principe qui prévaut en France depuis deux siècles; celui du droit du sol. C’est une très vieille « exigence » de l’extrême droite française et seul le régime de Vichy l’a instauré (loi du 22 juillet 1940). En  remettant en cause ce principe, le gouvernement rompt non seulement avec les valeurs de la gauche, mais avec celles de la Révolution française. Cette mesure traduit, aussi, un profond mépris pour le reste du monde. En effet, au travers de cette disposition nous proposons en fait de nous débarrasser de nos « monstres », nés en France, éduqués en France et très souvent qui se sont radicalisés dans notre pays en les renvoyant dans un pays où, souvent ils se sont contenté simplement de passer des vacances…. Il est peu probable que ces pays acceptent cela.

 La porte ouverte à toutes les dérives totalitaires

Le projet de loi constitutionnelle introduit la notion de « crime constituant une atteinte grave à la vie de la Nation », laissant au législateur la liberté de définir les crimes qui rentrent dans ce cadre. A l’heure où, par exemple, la volonté de criminaliser l’activité syndicale est réelle, n’ayons aucune illusion. En actant dans la constitution la remise en cause du droit du sol, Hollande donne, à un potentiel gouvernement de droite extrême, une grande liberté pour élargir le champ d’application de la déchéance nationale. Et le pire est toujours possible. N’oublions jamais que c’est l’Assemblée nationale du Front Populaire qui, après avoir déchu les parlementaires ommunistes, a voté les pleins pouvoirs à Pétain.

Les risques de l’État d’urgence

Concernant l’état d’urgence, la réforme constitutionnelle présentée fait courir le risque d’un régime d’exception permanent et d’une aggravation des atteintes aux libertés constatées depuis quelques semaines ciblant des personnes sans aucun lien à des risques d’attentats. Elle est une mauvaise réponse aux terroristes alors qu’il est parfaitement possible, en y consacrant les moyens humains nécessaires de notre Etat de droit. La Constitution Française est faite, aussi, pour protéger les citoyens. Hollande par calcul politicien est en train de la transformer, rendant possible toutes les dérives totalitaires.

    

Des intellectuel(e)s qui contestent le projet de révision constitutionnelle, d’autres qui n’en voient pas l’intérêt, d’autres encore plus calculateur qui disent oui mais, bref modernes et ringards étaient hier soir sur le plateau de la 2 avec Dominique Taddei qui sait relativement bien agencer ses débats    

Ils m’ont intéressé

DSC_0957-1

 

DSC_0953-1

DSC_0951-1

 

Un point de vue qui sent la campagne pour les présidentielles

DSC_0937-1

 

S’engager,     ne pas fléchir sous la crainte et parfois la peur !

   Je sais, vous allez me dire le texte ci-dessus est long et peu de gens iront     jusqu’au bout de sa lecture ! Faut-il considérer que la pression des médias sous contrôle de la classe dominante, les égarements d’un usage d’internet soumis lui aussi aux règles du fric, la presse régionale entre les mains de     financiers  préoccupés de faire des affaires à profits plus que de l’information objective, rendraient nos  concitoyens peu curieux ?

 Je ne le  crois pas car les plus âgés se souviennent qu’avec les luttes on gagne, les actifs subissent la menace de la précarité et du chômage sont inquiets, les jeunes, souvent plus instruits, savent et ne sont pas dupes !

 
Mais voilà, quand l’on pense avoir droit à une certaine tranquillité, quand on a une famille à faire vivre et que l’on ne veut pas exposer, que travailleur immigré, pèse sur soi  le rejet, qu’étudiant ou en recherche d’emploi on est inquiet pour son avenir, que petit commerçant on espère  sortir de sa condition initialement précaire, on a de la peine à s’engager. Et tant d’autres qui ne votent plus soumis au slogan du « tous pourris »
 
Par delà dans ce contexte, règne  la  peur que l’on exploite : peur du lendemain, de l’insécurité sociale, de l’insécurité tout court et maintenant du terrorisme, excellent moyen de dire aux gens : VOYEZ LE PIRE PEUT VOUS ARRIVER !
 
Les communistes français vous disent non, d’autres voies sont possibles que le repli sur soi. Mais cela dépend de la hauteur  de notre et de VOTRE ENGAGEMENT .
 
Jacques LAUPIES, Secrétaire de Section PCF de Tarascon
 

 

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

1...289290291292293...408
 

Lorette Autrement |
Bernard VIDAL - Un nouvel a... |
Energie Nouvelle pour Heill... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vallorcine: Elections munic...
| servir connaux
| Le site de la liste Gif, os...